plaisir au travail et performance

Blog

Heureux au boulot avec la sophrologie

heureux_au_boulot_avec_la_sophrologieJ’ai le plaisir de vous faire part de la sortie de mon livre !
« Heureux au boulot avec la sophrologie » vient de paraître aux éditions Eyrolles.
Vous le trouverez dans toutes les bonnes librairies comme on dit… (y compris chez les marchands en ligne).
Précieux outil pour renouer avec soi-même et harmoniser ses émotions, son corps et ses pensées, la sophrologie permet d’aborder plus sereinement des situations difficiles et d’exprimer pleinement son potentiel.

Le livre présente :
– une introduction à la sophrologie et à ses fondamentaux
– 12 séances selon des thématiques, pour progresser pas à pas (avec des apports théoriques sur chacune de ces thématiques)
– des exercices rapides à réaliser dans des situations difficiles
– des réflexes à adopter pour veiller à un meilleur équilibre et « faire développement durable de soi-même »
Les propositions sont adaptées à tous, même sans avoir fait de sophrologie au préalable. Elles ont un intérêt pour celles et ceux qui ont besoin de retrouver de la sérénité au travail (ou dans leur vie en général), mais aussi quand tout va bien, pour encore mieux mobiliser ses ressources personnelles.
Le livre est accompagné d’enregistrements audio pour les séances (avec un lien sur le net) et d’illustrations, pour bien comprendre les exercices.

Êtes-vous prêt à vous initier à cette approche pour « mieux-vivre le travail » ?

Audace et intelligence émotionnelle

Audace et intelligence émotionnelle

 
Pour ce billet, Hubert Myon, un de mes partenaires et équipier nous fait le plaisir de nous faire part de ses connaissances et de son expérience dans le domaine de l’intelligence émotionnelle.

 

Traiter du thème de l’audace est, par définition, ambitieux ; mais voici un challenge que je me plais à relever, car j’aime prendre des risques !  Nous vivons dans un monde à la fois passionnant et délirant, saturé et assoiffé, paralysé et mouvant … nos modes de communication se multiplient, et nous n’avons jamais été aussi peu en connexion réelle les uns avec les autres. Notre société va très vite, et nous nous épuisons à croire que nous pouvons suivre un rythme infernal. Nous cherchons le progrès comme un graal, avec une peur manifeste de devoir changer. Ces constats, nous les partageons dans nos expériences, nos observations quotidiennes et nos échanges.
 
Loin de moi l’idée de tenir un discours culpabilisant et moralisateur. Je veux simplement partager une vision du monde et de la vie à laquelle je crois : un monde qui oserait prendre conscience et aurait l’audace d’assumer ses propres paradoxes. Nous savons que nous devons changer et nous tourner vers de nouvelles pratiques professionnelles et managériales : c’est précisément ce que notre intelligence émotionnelle nous permet.
 
L’intelligence émotionnelle se définit comme « une forme d’intelligence sociale qui implique la capacité à observer et maîtriser ses propres sentiments et émotions et ceux des autres, à les distinguer et à employer cette information pour guider sa pensée et ses actions » (SALOVEY P. & MAYER J.,). Ainsi, grâce à l’intelligence émotionnelle, nous pouvons opérer ce changement que nous voulons voir. Si nous savons bien utiliser notre intelligence cognitive, nous ouvrir à notre intelligence émotionnelle nous ouvre la voie vers de nouvelles ressources naturelles : nos compétences émotionnelles.
 
Il me semble qu’il est temps de trouver un nouvel équilibre, qui pourrait s’appuyer simultanément sur nos intelligences multiples : intelligences cognitive, kinesthésique (corporelle) et émotionnelle. Il est temps pour nous de révéler notre capacité et notre liberté à inventer l’entreprise de demain : « Si on fait ce qu’on a toujours fait, on obtient ce qu’on a toujours obtenu » (Thomas d’Ansembourg). A nous désormais de repenser nos modèles managériaux « mécaniques » pour (ré)concilier bien-être et performance.
 
Bien-être et performance ? Quel paradoxe ! Et pourtant l’enjeu est bel et bien là … celui de la gestion de nos paradoxes, la gestion de la complexité et la gestion de l’incertitude. Et c’est sur ces points que l’intelligence émotionnelle peut nous aider à avancer : en libérant nos émotions, nos croyances, nos représentations limitantes, nous pouvons laisser place à la richesse de l’Humain (nous, l’autre, le collectif). Alors OSONS !
• …osons suivre notre intuition : faire confiance à ce qui nous rend libre et heureux
• …osons être authentique dans nos relations pour les enrichir et les faire grandir : s’affirmer, dire non, sortir des non-dits
• …osons être souple et adaptable pour faire confiance aux mouvements de notre environnement : s’ouvrir aux imprévus pour développer notre créativité et notre innovation
 
Quel challenge ! Voilà une sacrée responsabilité qui nous incombe, pour nous-mêmes et pour notre entourage professionnel : choisir notre quotidien comme la recherche perpétuelle d’un équilibre.
Pour conclure, je partage avec vous la devise de la troupe de la Comédie Française, que j’ai fait mienne en tant que comédien : « Simul et singulis » (que l’on peut traduire par « être ensemble et rester soi-même ») … véritable révélateur de ce que peut signifier « vivre en équilibre » !
Et vous ? Allez-vous oser votre propre équilibre ?
 
Hubert Myon

Journée de la gentillesse le 13 Novembre

Journée de la gentillesse le 13 Novembre

Aujourd’hui, 13 Novembre, c’est la journée de la gentillesse !

Cette initiative a été lancée en 2009 par Psychologie Magazines. Elle nous invite, comme son nom l’indique, à être plus gentil avec les autres et à développer des valeurs d’altruisme et de partage.

Quel lien avec les sujets de ce blog me direz-vous ?

La gentillesse, si elle est mise en œuvre au sein des entreprises, influence nécessairement le bien-être au travail. Elle va de pair avec des valeurs de bienveillance, d’écoute et d’empathie. Diffusées par tous les collaborateurs en entreprise, ces valeurs créent un climat dans lequel il fait bon vivre.

Et cerise sur le gâteau : des collaborateurs moins stressés et travaillant dans un climat de sérénité, sont plus engagés, plus créatifs et plus collaboratifs.

Une méta-étude sur le bien-être au travail, réalisée par deux chercheuses américaines, Lyubomirsky et King*, révèle que le stress et le mal être au travail, ont des conséquences sur : *

– La santé des collaborateurs : baisse de l’immunité, augmentation des risques de maladies cardio-vasculaires, des dépressions et des burn out (donc absentéisme accru)

– Les capacités de collaboration, d’entraide et de solidarité

– Les capacités cognitives : le cerveau fonctionne moins bien lorsqu’il est sous stress

– La créativité (qui n’a jamais eu une superbe idée pour son job, le week-end, tranquillement dans son bain, en pensant à autre chose au départ ?)

– L’engagement et l’implication des salariés

A l’inverse, des salariés évoluant dans un environnement où il fait bon travailler, verront des effets positifs sur ces différents aspects. La gentillesse ne fait pas tout pour le bien-être des collaborateurs mais elle y contribue de manière significative.

Au global, l’entreprise est gagnante elle aussi car elle est plus performante et plus innovante !

Alors : si on mettait chacun un peu plus de gentillesse dans notre vie professionnelle ? Et pas seulement le 13 Novembre. Une manière de changer le monde… de l’entreprise.

* The Benefits of Frequent Positive Affects – Does Happiness lead to success ? Lyubomirsky et King, 2005

Vision box : kezako ?

Vision box : kezako ?

Dans un précédent article concernant mon intervention lors de la Fabrique du changement 2014, je vous parlais d’une pratique collaborative de partage de la vision autour d’un projet : la Vision Box. Aujourd’hui, je vous en dis un peu plus sur cette technique à la fois simple et puissante. La Vision box permet à l’équipe projet réunie au complet (au démarrage du projet) d’échanger les points de vue de chacun sur sa perception du projet et de matérialiser cela par une boîte personnalisée. In fine, l’exercice permet de partager entre tous les membres d’équipes la vision du projet. Les vertus sont nombreuses : cohésion d’équipe, motivation, efforts collectifs vers un objectif commun, communication facilitée et malentendus ultérieurs évités…

Comment se déroule cet atelier ?
Chaque groupe est composé d’environ 5 personnes impliquées dans le projet et dispose d’un matériel constitué d’une boîte à chaussures recouverte de papier blanc, de feutres, ciseaux, colle, magazines à découper…
1. L’atelier commence par un exercice « brise-glace » pendant 5 à 10 minutes (les participants se présentent, de manière plus ou moins « décalée »).

2. Les consignes sont ensuite présentées :
« Vous êtes l’équipe en charge du projet Y. Votre mission aujourd’hui est de matérialiser ce projet (ou produit ou événement) par une boîte personnalisée. Vous allez exprimer visuellement votre vision de ce projet par des mots, des dessins, des slogans, des phrases chocs, des images découpées… Quels sont les attributs, caractéristiques, avantages uniques liés au projet dont les clients de ce projet vont pouvoir bénéficier ? Vous raconterez ensuite de manière convaincante aux autres groupes cette vision du projet partagée au sein de votre équipe (s’il y a plusieurs groupes à « jouer »).

3. Le jeu est lancé ! Place à la créativité, aux échanges et au partage d’une vision commune.

4. Présentation de la boîte aux autres groupes (le cas échéant) en quelques minutes

Quelques exemples

Vision Box Floralies Vision box arbre herons

Vision box fab changement R1

 

 

 

 

 

 

Comment mettre en œuvre cette pratique dans mon entreprise ?
Vous pouvez faire appel à un animateur professionnel aguerri à ce type d’animation qui saura préparer l’atelier en amont puis faciliter les échanges le jour J, gérer les résistances et les comportements défensifs, et créer les conditions propices à la collaboration… Cette démarche peut être utile notamment pour des premières séances d’animation : vous pourrez observer la manière qu’a le facilitateur d’animer l’atelier, pour peut-être vous lancer, dans un deuxième temps.

Et vous, êtes-vous sûr de partager la même vision que vos co-équipiers sur les projets sur lesquels vous êtes engagés ?

Save the date : Agile tour Nantes 2014

Save the date : Agile tour Nantes 2014

Agile tour Nantes le 27 Novembre

Réservez dès maintenant votre date du 27 Novembre prochain. L’agile tour Nantes revient, pour sa sixième édition, à l’Ecole des Mines de Nantes !

L’originalité de cette édition : son format qui fait la part belle aux échanges entre participants. Des plages spécifiques seront ainsi prévues pour des temps participatifs.

Voilà ce que ça donne en image :

La journée sera découpée en trois temps forts, répondant aux trois questions suivantes :

WHY… ou pourquoi mettre en œuvre l’agilité ?

HOW… ou comment mettre en œuvre l’agilité ?

WHAT… ou quelles actions concrètes pour aller vers l’agilité ?

Chacune de ces 3 questions fera l’objet d’un temps classique (conférence, atelier, retour d’expérience…) et d’un temps participatif (échange entre participants).

Les temps participatifs seront animés par l’équipe d’Agile Nantes. Si vous voulez savoir sous quel format… il ne vous reste plus qu’à vous rendre à l’événement, après vous êtes inscrits (ouverture des inscriptions prochainement).

Je participe à l’organisation de cet événement. Je vous tiendrai informés du programme des festivités le moment venu.

Et vous, quelle est votre vision de l’agilité ? Venez nombreux pour en parler le 28 Novembre à l’École des Mines. Une belle occasion de découvrir ou redécouvrir l’agilité, de nouvelles pratiques managériales et de s’enrichir des autres…

Participez au forum RH des Pays de la Loire

Participez au forum RH des Pays de la Loire

J’ai le plaisir de vous faire part de mon intervention lors du prochain forum RH Pays de la Loire. Cet événement aura lieu le jeudi 16 Octobre prochain, de 13h30 à 18h30, aux salons d’affaires de la CCI Nantes-St Nazaire. Le Forum RH est une manifestation destinée à valoriser les expériences réussies de mutualisation et d’intelligence collective entre les entreprises d’un même territoire.

Retrouvez Desmons Conseil sur cet événement

J’aurai l’occasion d’y animer :

  • une conférence plénière autour du thème : « collaboration interne, quand l’épanouissement des collaborateurs mène à la performance de l’entreprise ».
  • un atelier de sensibilisation à la pratique de la « Vision box »

En voici les descriptifs :

Conférence plénière
Collaboration interne : quand l’épanouissement des collaborateurs mène à la performance de l’entreprise
Aujourd’hui, de nombreux collaborateurs sont démotivés et en quête de sens. Tout le monde aurait à gagner à ce que cette situation change : les collaborateurs eux-mêmes, l’entreprise, et ses clients.
Oui, mais comment changer ?
Cette conférence présente le lien entre le plaisir des collaborateurs au travail et l’excellence des entreprises. Elle montre comment la performance des organisations repose sur des leviers humains. De nouvelles pratiques managériales et collaboratives issues de l’agilité, de la créativité, et de « l’entreprise libérée » amènent un profond changement dans la manière de vivre le travail, vers plus d’humain.

Atelier Vision Box
Comment partager des idées en mode collaboratif et de manière ludique ?
La Vision Box permet à une équipe projet réunie au complet d’échanger les points de vue de chacun sur sa perception du projet et de matérialiser cela par une boîte personnalisée. In fine, l’exercice permet de partager entre tous les membres d’équipes la vision du projet. Les vertus sont nombreuses : cohésion d’équipe, motivation, efforts collectifs vers un objectif commun, communication facilitée et malentendus ultérieurs évités…
Lors de cet atelier, vous découvrirez et expérimenterez cette pratique et serez en mesure de la réutiliser dans votre contexte d’entreprise.

Vous pouvez vous inscrire à l’événement ici.

Votre entreprise est-elle prête pour tenter l’expérience de l’intelligence collective ? Venez le découvrir lors de ce temps d’échange et de partage d’expériences.

Bien-être et santé des projets : la vidéo

Bien-être et santé des projets : la vidéo

En Mars dernier, je présentais une session autour du lien entre bien-être individuel et santé des projets. L’intervention s’est déroulée en deux temps : une conférence soutenue par des visuels, puis une expérimentation pratique avec des techniques de sophrologie pour vivre le bien-être, corporellement. Après quelques temps, voici la vidéo de la session (sur la partie théorique).

Merci à l’équipe d’Agile Caen pour son accueil, pour l’organisation de ce bel événement, et pour la vidéo !

Et vous, quelles sont vos démarches bien-être au travail ?

 

Retour sur la Fabrique du changement

Retour sur la Fabrique du changement

Je vous l’annonçais il y a quelques semaines, le 22 Mai dernier a eu lieu à Nantes un événement original de par ses contenus, son format et son lieu d’accueil : la Fabrique du changement.

La Fabrique du changement a pour vocation de réunir tous ceux qui souhaitent voir évoluer leurs entreprises ou leurs organisations vers de nouvelles manières de travailler ensemble et de partager les savoirs. Elle souhaitait apporter de nouvelles pistes à ceux qui s’interrogent sur la manière de « dépoussiérer » leurs organisations, avec davantage d’innovation, d’agilité, de créativité et de bien-être. Bien sûr, le tout était « garanti sans Powerpoint » ! Et l’événement se déroulait à Aire 38, un lieu de réinsertion sociale atypique où dans un grand hangar se côtoient des roulottes, des bateaux désaffectés et des fauteuils réalisés avec des pneus… Bref un changement de cadre propice à l’ouverture et à la créativité !

Flashback

La matinée s’est ouverte sur une première présentation de Benjamin Thévenin : consultant en conduite du changement et randonneur ayant parcouru les plus hauts sommets du monde ! Alors là, nous avons eu très peur… Malgré l’absence de support Powerpoint soporifique, nous en avions tous les effets. Un discours lent, ennuyeux, sans rythme, sans saveur, avec un consultant en costume-cravate, les cheveux bien plaqués et la raie presqu’au milieu !! Benjamin s’enfonce dans son discours au fur et à mesure que son auditoire s’enfonce progressivement dans le sommeil.

Quand tout à coup, il se transforme en comédien ultra-pêchu et nous présente avec son acolyte des saynetes sur le management, le changement et l’innovation en entreprise. Alors là, on s’est réveillé ! L’occasion de découvrir une société nantaise spécialisée dans le théâtre d’improvisation pour le milieu professionnel – la Belle boîte – et de s’enrichir notamment de sa vision de la créativité inspirée par le théâtre d’improvisation. L’idée en synthèse ? En entreprise, nous avons pris une certaine habitude à réaliser des brainstormings pendant 2 heures avec 10 personnes, en prenant soin de sélectionner, regrouper et voter pour des idées qui nous font aboutir collectivement à un consensus mou autour d’idées qui ont été dissolues et souvent vidées de leur côté novateur et audacieux de départ. Mais c’est démocratique ! En théâtre d’improvisation, un comédien impose son idée et un autre en prend la suite (sans avoir le choix de dire au premier : « non, ton idée est nulle, tu dois changer d’idée » !). Les idées s’additionnent rapidement les unes aux autres pour créer l’histoire et elles ne se font pas concurrence entre elles. En 5 minutes seulement, on peut ainsi imposer une idée audacieuse en mode « tyrannie tournante » (puisqu’à tour de rôle, on est seul et on impose une idée à l’autre). Et si le résultat est moyen, rien n’empêche de recommencer. Ça ne prend que 5 minutes ! Un total changement d’état d’esprit : à méditer…

La matinée s’est poursuivie avec une « conférence dont vous êtes le héro » d’Agile Garden pour comprendre et expérimenter les leviers et pratiques de l’agilité en entreprise.

Vinvin nous a ensuite fait part de son expérience autour de la simplicité radicale pour entreprendre sa vie. Un partage riche, basé sur sa propre vie pour peut-être donner quelques idées pour tracer sa propre route.

L’après-midi était le temps des ateliers répartis en petits groupes. J’animais des ateliers moi-même donc je ne pourrai pas vous parler de ceux des autres. Mais les sujets étaient tous intéressants (la seule problématique des gens autour de moi était de choisir leurs ateliers !). Citons en vrac des ateliers animés par :

  • Nicolas Gros autour du management visuel, ou comment utiliser le dessin pour faciliter des réunions par exemple
  • Sylvaine Pascual sur le plaisir au travail et les émotions
  • Sandrine Roudaut auteure de « l’Utopie mode d’emploi », pour changer radicalement nos comportements face aux insuffisances de la RSE
  • Et d’autres sur le design thinking, l’agilité, les réseaux sociaux, la conduite du changement, ou encore la méditation.

Tout au long de la journée, nous étions invités à mettre notre pierre (ou plutôt notre post-it) à la construction d’un réseau social en papier. Et voilà ce que ça donne en image :

 Réseau social en papier

Pour ma part, j’ai proposé deux interventions :

La première était sous-forme de conférence-atelier autour du lien entre bien-être et performance au travail, et des apports de l’agilité et de la sophrologie dans ce domaine. L’expérimentation d’exercices de sophrologie a permis aux participants d’être sensibilisés à ce type d’approche « psycho-corporelle » et de voir comment réutiliser quelques exercices simples dans leur quotidien professionnel.

La deuxième animation était un atelier autour de la « Vision Box », une pratique collaborative et agile de partage de la vision d’un projet. Je vous en parlerai dans un article dédié pour vous faire découvrir cette pratique aux résultats souvent étonnants. Mais d’ores et déjà, voici une des « vision box » réalisée dans un sous-groupe pour matérialiser ce qu’est l’événement « Fabrique du changement » pour ce groupe. Ça reflète assez bien l’ADN de l’événement.

Vision box

En tous les cas, pour les organisateurs de la Fabrique du changement, le pari de départ est réussi ! La carte mentale qui restituait les retours des participants  à l’issue de l’événement était sans appel : « une bouffée d’oxygène », « un événement revitalisant », « un format original ! », « des idées opérationnelles tout de suite, loin des beaux discours ! », « un lieu atypique et convivial ! »…

Les sociétés « comment » et les sociétés « pourquoi »

Les sociétés "comment" et les sociétés "pourquoi"

Je vous propose aujourd’hui une introduction à un thème de management et d’organisation d’entreprise : la différence entre le management visionnaire et le management directif. Pourquoi une introduction ? Car ce thème a fait l’objet de livres entiers et cet article a simplement l’ambition de vous donner l’envie d’en savoir plus, en vous transmettant quelques pistes de réflexion.

Pour commencer, je vous invite à réaliser un exercice très simple.

Prenez un complice et asseyez-vous tous les deux dans une pièce munie d’au minimum deux sièges, une table, et une porte d’entrée (séjour, salle de réunion, ou bureau par exemple).

Premier exercice : demandez à votre comparse de se lever, de faire un pas en avant, de tourner le buste vers la droite, d’avancer de nouveau d’un pas, de tourner maintenant vers la gauche et d’avancer de deux pas, de tourner vers la gauche et d’avancer d’un pas (de sorte qu’au final il ait contourné la table), et ainsi de suite, pas à pas jusqu’à ce qu’il ait fait un tour de la pièce en contournant tous les obstacles qui se présentent à lui et qu’il arrive au niveau de la porte d’entrée, qu’il en saisisse la poignée et qu’il sorte.

Deuxième exercice : partagez maintenant avec votre complice votre besoin qu’il sorte de la pièce en ayant réalisé au préalable un tour de la pièce.

Comparez maintenant le temps de réalisation de ces actions, entre le premier et le deuxième cas de figure. Sans commune mesure me direz-vous…

Vous venez d’illustrer de manière simple la différence entre un management visionnaire et un management directif (ou d’une organisation « pourquoi » et d’une organisation « comment »). Dans le premier cas, vous avez donné toutes les consignes pour que l’action soit réalisée, tel que vous l’imaginiez et atteindre le résultat, mais finalement, sans faire appel à la capacité de réflexion ou d’initiative de la personne réalisant l’exercice. Dans le deuxième cas, vous avez partagé la vision de là où vous souhaitiez aller en termes de résultat, puis votre complice a été autonome dans la réalisation pour atteindre le résultat souhaité. Ce dernier principe de management visionnaire, pourrait passer pour du bon sens mais il est pourtant loin d’être le mode de fonctionnement majoritaire en entreprise.

Cette différence d’approche managériale a été théorisée dès les années 60 par McGregor, avec son livre The human side of enterprise. Il y distingue deux façons de diriger une entreprise : la « théorie X » et la « théorie Y », reflétant deux types de fonctionnement d’entreprise, en fonction d’hypothèses sur la nature humaine.

En synthèse :

Dans la « théorie X », on considère que l’être humain rejette naturellement le travail et fera tout pour l’éviter. Conséquence de ce postulat de base : il faudra en permanence contrôler le travail, le diriger et menacer les collaborateurs de sanctions, pour espérer atteindre les résultats souhaités. Par ailleurs, cette « théorie X » part du principe que l’être humain moyen préfère échapper aux responsabilités, et être dirigé plutôt que de prendre des initiatives. Il préfère la sécurité avant tout.

Ces convictions sur la nature humaine amènent à un management de type « comment », très directif et contrôlant.

Dans la « théorie Y », on considère en revanche que le travail est une activité naturelle, au même titre que le jeu ou le repos. En conséquence, il est inutile d’exercer un contrôle ou des formes de contraintes, pour obtenir les efforts nécessaires à l’obtention du résultat à atteindre (ou en tous cas, ce ne sont pas les seuls moyens) : l’individu aura la capacité à se responsabiliser et à organiser son travail de manière autonome, s’il est mobilisé vers l’objectif et qu’il adhère au projet dans lequel il est intégré.

Il s’agit donc davantage de partager la vision et d’obtenir l’engagement des collaborateurs vers cet objectif, plutôt que d’exercer un management contrôlant. L’adhésion aux objectifs de l’entreprise est directement liée aux gratifications associées à leur réalisation. Les plus importantes de ces gratifications sont la satisfaction de l’égo et le besoin d’accomplissement personnel.

Par ailleurs, cette théorie part du principe que les capacités de créativité et d’innovation ne sont pas l’exclusivité de quelques personnes mais sont répandues parmi tous les collaborateurs, tout en étant très souvent sous-exploitées dans les entreprises.

Cette théorie amène donc à un management de type « pourquoi », mettant l’accent sur le partage de la vision, en amont et laissant la plus grande autonomie possible aux collaborateurs dans la réalisation de leurs missions.

Pour Mc Gregor, la supériorité de la « théorie Y » ne faisait aucun doute, et il prédisait la disparition des entreprises du type « théorie X » en moins de dix ans. La réalité historique nous montre qu’il n’en fut rien…

Pourquoi ? Isaac GETZ dans son très bon livre sur le sujet (cf. ci-dessous), l’explique en faisant le parallèle avec un régime alimentaire. Nous savons tous qu’il est meilleur pour nous et plus sain de manger équilibré et en quantités raisonnables. Pour autant, adopter un régime et s’y tenir n’est pas si facile car manger certains aliments nous apporte un plaisir réel immédiat, auquel il est difficile de renoncer. Par ailleurs, nous ne percevons pas immédiatement les coûts cachés d’une mauvaise alimentation (les effets néfastes sur la santé sont visibles à moyen et long terme). Il en va de même pour les entreprises : adopter un management contrôlant et autoritaire génère une multitude de coûts cachés, non perceptibles au premier regard.

Néanmoins, dans un prochain article, je vous proposerai quelques exemples de succès d’entreprises ayant adopté un fonctionnement basé sur la « théorie Y » (sociétés « pourquoi »).

En attendant et pour combler votre impatience, je vous recommande la lecture du livre, d’Isaac GETZ et Brian M. CARNEY : « Liberté & cie : quand la liberté des salariés fait le succès des entreprises ».

Et pour terminer, une citation à méditer : « Si vous mettez des barrières autour des gens, vous obtenez des moutons. Accordez-leur l’espace dont ils ont besoin. » William McKnight, patron de 3M.

Céline DESMONS

Desmons Conseil à la Fabrique du changement

Desmons Conseil à la Fabrique du changement

La Fabrique du Changement est un évènement dédié aux nouvelles pratiques en entreprise pour développer l’agilité, la créativité, l’intelligence collective, et le bien-être au travail.

Loin des codes habituels, la Fabrique du changement est « garantie sans Powerpoint » et se déroulera à Aire 38 à Nantes, un lieu lui aussi atypique !

Le projet de la Fabrique du changement est de donner des pistes, à ceux qui le souhaitent, sur les manières dont nous pouvons changer le monde (de l’entreprise), chacun à notre échelle, en trouvant de nouvelles manières de travailler ensemble et d’innover.

J’y proposerai une conférence-atelier autour du bien-être et de la performance au travail avec les apports de la sophrologie dans ce domaine.

J’animerai un autre atelier autour de la product box, une pratique collaborative utile aux responsables de projets et permettant de partager la vision entre différents acteurs autour d’un projet… à base notamment de découpage et de collage. Mais je n’en dis pas plus !…

Rendez-vous le jeudi 22 Mai à Aire 38, sur l’île de Nantes au 38 boulevard Gustave Roch, sur l’île de Nantes.

Pour en savoir plus sur l’événement et réserver vos billets, rendez-vous sur le site de la manifestation :

http://lafabriqueduchangement.fr/


Page 1 sur 212